Guillaume Lemuhot

2009 © Guillaume Lemuhot - page consultée le 24.05.2019 à 16h08:36

Les blogs

Blogosphère
Une bouteille à la mer

Que prétend regrouper le terme blog ? Un journal intime anonyme, les œuvres d'un dessinateur, l'opinion d'une journaliste, le carnet de bord d'un photographe, des satires d'hommes politiques, les vidéos d'une classe de collège, un roman en construction, les anecdotes quotidiennes d'une mère de famille, etc. Le concept blog est assez vague pour autoriser toutes ces utilisations. Le phénomène connaît son succès grâce à une grande facilité de publication, une grande liberté éditoriale et une grande capacité d'interaction en temps réel avec le lectorat.

Bien que la plupart des blogueurs hésite à donner une définition claire de ses intentions, la majorité des blogs s'utilise à des fins d'autoreprésentation, et se forme autour des affects et des idées propres à leur(s) auteur(s). C'est pour cette raison que la presse et l'opinion populaire sont parfois amenées à critiquer le caractère égocentrique des blogs.

(Source : wikipedia) {
Même si beaucoup de blogs sont privés de visiteurs par la force des choses (abandon de milliers de blogs par mois), un blog est généralement libre d'accès, à l'image d'une vitrine survolée par de prétendus inconnus. Lecteurs et auteurs entreprennent de fait un contrat comme au sein d'une autobiographie : tout est-il vrai ? Quels sujets aborder ? Sous quel angle ? Cependant, sur un blog, la possibilité de commenter chaque billet modifie considérablement ce qu'on appelle le pacte autobiographique.
}

Par ailleurs, le nombre de lecteurs d'un blog varie bien plus rapidement que le nombre de lecteurs d'un livre. En effet, la force et la rapidité des échanges sur le Web font qu'un un blog peut très vite devenir célébrissime au sein de la communauté à laquelle il appartient. Cette variabilité influe parfois sur l'auteur en le poussant par exemple à écrire autour d'un buzz.

Beaucoup de raisons peuvent être associées à cette quête de visibilité. On dénote pourtant deux pratiques différentes. Dans les cas les plus basiques, le blog n'est qu'un moyen comme un autre de maintenir une communication avec son environnement social. Mon intérêt se porte sur l'autre cas de figure : lorsque l'auteur ne communique pas l'adresse de son blog à son entourage. Mais alors, quelle valeur peut-on accorder à ce qu'apporte cette pratique, dans une communauté où l‘anonymat est de rigueur ? Quel est le degré de sincérité de ces publications signées par des pseudonymes ou avatars ? Alors la blogosphère se révèle être un environnement social parallèle peuplé de masques et de marionnettes. Le Moi prête le clavier au Surmoi, ou au Ça, et l'avatar évolue librement sur la gigantesque toile. À chaque nœud un autre masque, à chaque commentaire, sa marionnette. Ce n'est pas sans me rappeler le roman de Chuck Palahniuk «  Fight Club », qui critique la société de consommation, la mondialisation, les contradictions sexuelles, idéologiques et physiques. Ces contradictions sont tellement flagrantes que la seule solution pour les surmonter est de vivre une schizophrénie dans laquelle l'individu joue le rôle de deux personnalités pour atteindre un certain équilibre psychologique.

Les analogies se soudent par un réseau de liens hypertexte, tandis que les antagonismes font tourner les moulins des forums et chaînes de commentaires. On gonfle la baudruche jusqu'à ce qu'elle éclate. Car en prenant du recul et en analysant avec pragmatisme ce qui se passe, on fait le constat suivant : ces gens ne font que passer quelques heures devant leur ordinateur. La demande en matière du contenu de leur blog est infiniment nulle par rapport à l'offre. Ce qui fait que leur rêve de reconnaissance et de notoriété est complètement plombé par le résultat de leurs statistiques (ces médailles de pacotille que sont les blogrank). L'émulation entre quelques individus peut artificiellement faire grimper ces algorithmes de manière considérable. Les échanges entre les individus, sont en réalité un théâtre d'improvisation, dont les requêtes incessantes, envoyées au serveur entre chaque réplique, simulent un flux grandissant, qui trompe les paramètres des statistiques, indice de leur notoriété virtuelle. Ces effets font enfler les parts de marché de la plate-forme, qui peut ainsi, aisément faire grimper sa cote auprès des annonceurs. (En 2007, Over Blog, une plateforme très prisée par les internautes francophones, a été rachetée par TF1 à JFG Network)

En proposant au Web un autre concept de blog, je cherche à aller à l'encontre de cette dynamique. Ma démarche est simple : la demande fait l'offre. Tout commence par la rédaction d'une autobiographie d'un quotidien sans intérêt. Ce témoignage est le cœur du projet car ces éléments sans intérêt, c'est ce que je partage avec le plus grand nombre. Mais ce cœur, je ne l'offre pas en pâture, je le garde à l'écart, l'internaute ne le verra qu'à travers mon masque. En fait d'une structure classique d'autobiographie, celle dont il est question ne sera pas écrite sous forme de phrases, mais de paramètres. Car je laisserai le soin à un programme informatique (symbole d'un masque impénétrable) le soin de générer et synthétiser des possibles de vie relatIfs à mon vécu. C'est uniquement lors d'une visite qu'un contenu sera généré, faisant de l'internaute le commanditaire. Ainsi, ce blog fera de moi un auteur immortel. Je continuai d'écrire tant que j'éveillerai l'intérêt de quelqu'un, sinon, je sommeillerai dans l'attente d'un lecteur. Si l‘enjeu de la blogosphère est d‘exister, alors je survivrai à tous les avatars sans avoir pris part à leur championnats de dernier mot qui ont lieu sur les forums.

2009 © Guillaume Lemuhot - page consultée le 24.05.2019 à 16h08:36